Il y a quelque chose de beau dans la solitude. Quelque chose de profond. Tout le monde n'aime pas la solitude, je le sais. Il existe pas mal de gens qui la détestent même. Pas mal de gens ne supportent pas l'idée d'être seuls. Ils ont constament besoin d'être entourés, de sentir la présence des gens autour d'eux. Peut-être n'ont-ils jamais eu l'occasion de se retrouver tout seul, ou peut-être au contraire, en ont-ils trop souffert par le passé. 

Quoiqu'il en soit, je ne suis pas de ces personnes.

J'aime être seule. Ce que je me demande, c'est si c'est parce qu'aujourd'hui, je suis habituée à me sentir seule, ou simplement parce que j'aime ça. 

Quand je suis seule, je pense. J'imagine des choses. Je pense à des choses aux quelles je n'ai pas le temps de penser (ou pas le droit de penser) quand je suis avec eux. Je me sens bien toute seule. Leur compagnie ne m'aide pas. Voir leurs faux sourires en permanence ne m'aide pas. Leur stupides phrases sur le bonheur non plus. Non. Moi j'aime coller mon front contre ma fenêtre et regarder la pluie tomber dehors. Les gouttes rouler sur la vitre, comme des larmes roulant sur un visage. Les larmes ne font pas mal. Elles sont la preuve de nos souffrances et de notre détresse. Mais elles ne font pas mal. 

"skys are crying i am watching, catching two drops in my hands."

Quand il pleut, c'est comme si le ciel pleurait. Est-ce que ça signifie que lorsqu'il y a une tempête, le ciel est en colère? 

Pleurer en silence, discrètement, sans que personne ne s'en apperçoive, est quelque chose que tout le monde ne sait pas faire, je crois. On apprend à le faire au fil du temps. 

Parfois, on se dit que la solitude serait mieux pour nous. Je suis la première à me dire ça. Il est le deuxième. Et pas le dernier, je pense. 

"Oublie."

Non. Non je n'oublie pas. Et puis d'abbord ça s'oublie pas les gens comme lui. 

Tu sais, au bout d'un moment, les gens ont beau te répéter des choses, du genre "tout va s'arranger, accroche-toi" etc, au bout d'un moment, tu te rends compte que tout ça, c'est du faux. Que c'est de la grosse merde inventée pour te faire croire qu'ils tiennent à toi. Mais en vérité, ils en ont rien à foutre. Ils bien trop occupés par leurs petites vies pour te dire autre chose que "je comprends mais t'inquiète ça va aller." Alors que, non, ils comprennent pas. Et non ça va pas aller. Des fois je me demande si je suis destinée à être abandonnée. Que ce soit sans faire exprès ou exprès. Je me demande pourquoi, rien qu'une fois, je suis pas foutue d'être assez bien, pour quelqu'un. J'ai prié. J'ai prié pour être assez bien pour lui. Après toi, N, A, je pensais que j'y arriverai avec lui. Mais non. Haha. Quelle idiote. C'est quoi mon problème? Sérieusement. Des fois j'aimerais juste avoir une explication.

Un truc qui me permette de comprendre tout ça.

"Promis ?"

"Promis.."

Je tiens jamais mes promesses. Même à lui, j'y arrive pas. 

La vie est une pute. Une grosse pute. On te dit qu'elle est belle, mais c'est faux. 

"Tu vois tout en noir."

Non, je vois aussi du gris. Du gris clair et du gris foncé. Mais j'avoue qu'il y a pas mal de noir. 

Laisse moi tomber, encore une fois. Laisse-moi seule, à nouveau. 

La solitude, on la provoque aussi. La colère, la peine, nous font parfois dire des choses qu'on ne voulait pas. 

"Dégage! Pars! Arrache-toi! Reviens plus jamais!" 

Mais lorsqu'il s'en va vraiment, tu supplies Dieu pour qu'il revienne. 

Je déteste la joie. Je déteste l'amour. Je déteste le bonheur. Je déteste l'espoir. Mais j'aime son sourire. Et malheureusement, son sourire me donne de l'espoir. Cet enfoiré d'espoir. Qui finira par nous faire tomber. 

"i hate you, don't leave me."

"it's probably what's best for you, i only want the best for you, and if it's not the best then you're stuck."

"Mais je sais que cela ne sert à rien. Il ne reviendra pas. J'abandonne. (...) J'ai envie que tout cela ne soit plus là. Que moi non plus je ne sois plus là, dans cet hôpital, dans cet état intermédiaire où je vois ce qui se passe mais sans le ressentir vraiment. Je ne peux hurler jusqu'à avoir la gorge en feu, ni frapper du poing la vitre jusqu'à ce que je saigne, ni m'arracher les cheveux par poignées jusqu'à ce que le douleur de mon corps prenne le dessus sur la douleur de mon coeur."                     Gayle Formann, Si je reste . 

"wherever you are, no matter how far i promise that i won't give up on you, cause i'm in love with you, yeah i still in love with you."

"we accept the love we think we deserve."

On est tous seuls dans notre solitude.